Navigation – Plan du site
Conférences de la Maison franco-‎japonaise

Le Kojiki, une Énéide longtemps oubliée ?

The Kojiki, a Long-forgotten Aeneid?
『古事記』―忘れ去られた『アエネイス』?―
François Macé
p. 117-132

Résumés

La confrontation de ces deux textes, d’apparence si différents, devrait permettre de mieux faire ressortir la place du Kojiki dans l’histoire littéraire japonaise. On l’a pris parfois pour une histoire, ce qu’il n’est pas, pour un recueil de mythes, mais cela ne concerne que le premier livre, pour un texte de commande assez maladroit, ce qui mérite discussion.
En fait, il légitime comme l’Énéide, un nouveau pouvoir à l’issue d’une guerre civile en chantant les origines. Comme l’œuvre de Virgile, c’est une épopée de lettré jouant savamment des oppositions et des échos entre le Temps des dieux et celui des hommes.
Transcrit de façon elliptique, il ne correspondait pas au goût des élites sinisées de l’Antiquité. Sa redécouverte tardive ne lui rendra pas entièrement son statut d’œuvre littéraire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Finnegans Wake, dernière œuvre de James Joyce, en 4 livres, publiée en 1939.
  • 2 Le Chant des Nibelungen, ou Chanson des Nibelungen, Nibelungenlied en allemand, épopée du xiiie siè (...)

1Pourquoi donc aller chercher l’Énéide pour parler du Kojiki 古事記 (Récit des faits anciens), surtout pour un Français qui ne parle plus latin depuis longtemps ? Les deux ouvrages paraissent si dissemblables qu’une confrontation avec Finnegans Wake1 ou le Chant des Nibelungen2 pourrait sembler tout aussi pertinente.

  • 3 Les références seront données à partir de l’édition de Jacques Perret, L’Énéide, Folio classique, 2 (...)

2L’Énéide est un long poème épique de 9 696 vers répartis en douze chants. Elle fut écrite dans une langue savante et raffinée au cours de onze longues années par un poète confirmé ayant ses entrées à la cour d’Auguste. Elle est nourrie de culture latine, bien évidemment, mais aussi grecque. Le modèle homérique est complètement assumé. Si elle ne fut pas rendue publique du vivant de son auteur, par contre, elle connut par la suite un succès constant, une renommée qui survécut à l’écroulement de Rome. Longtemps les jeunes écoliers qui apprenaient le latin connaissaient au moins une ou deux de ses phrases : « Arma virumque cano » ou l’expression « Timeo Danaos et dona ferentes »3.

3En face, le Kojiki fait piètre figure : trois livres, un peu moins de cent pages en édition de poche pour le texte original. La langue en est malaisée. J’y reviendrai. S’il s’est passé de nombreuses années entre le lancement du projet et sa réalisation, la rédaction proprement dite paraît avoir été rapide, à peine trois mois. Sa préface nous dit qu’il fut offert à l’impératrice Genmei 元明天皇 (661 à 721, règne de 707 à 715) en 712, mais le Shoku nihongi 続日本紀 (chronique terminée en 797), l’histoire officielle qui traite de cette période, n’en fait aucune mention. Ō no Yasumaro 太安万侶 (?-723), celui qui se présente comme le transcripteur, était un fonctionnaire de rang moyen (5e rang) qui n’a laissé aucune autre production littéraire. Il n’a rien de commun avec le Virgile qui pourra encore accompagner Dante aux Enfers au début de la Divine comédie. Le Kojiki et son auteur ont sombré dans l’oubli dès l’époque de Nara, semble-t-il.

4Des milliers de kilomètres séparent Rome du Japon. Plus de sept cents ans se sont écoulés entre les deux œuvres. Le latin de Virgile n’a rien à voir avec le japonais d’Ō no Yasumaro, tant au niveau de la langue, ce qui est une évidence, que celui du raffinement apparent de la composition. Alors pourquoi les confronter ?

  • 4 Marcel Detienne, Comparer l’incomparable, Paris, Seuil, 2000.
  • 5 Par exemple, Marcel Detienne, Tracés de fondation, Louvain-Paris, Peeters, 1990, ou encore, du même (...)

5Il ne s’agit pas de faire une vaine provocation et de discuter de la rencontre d’un parapluie et d’une machine à coudre sur une table de dissection, mais d’essayer d’appliquer un comparatisme expérimental, celui que Marcel Detienne prône dans son livre Comparer l’incomparable4. Cet auteur a démontré à maintes reprises la pertinence de sa démarche en analysant dans des cultures très différentes des configurations analogues5. C’est ce que je voudrais tenter ici.

  • 6 Florence Dupont, Rome, la ville sans origine, Paris, Gallimard, 2011.
  • 7 Se pose toutefois le problème de la pertinence des catégories histoire, littérature dans chacune de (...)

6L’idée de cette confrontation m’est venue à la lecture de Rome, la ville sans origine6 de Florence Dupont. L’auteure s’y interroge sur le pourquoi de l’Énéide face aux différentes traditions qui couraient en son temps sur les origines de Rome. Or, pour traiter cette dernière question, les Romains avaient un autre moyen que l’épopée, l’histoire. Tite-Live contemporain de Virgile nous a laissé une monumentale Histoire romaine (Ab urbe condita libri), en 142 livres, qui couvre l’histoire de la Ville depuis sa fondation jusqu’à l’an 9 avant notre ère. Cette configuration d’une coexistence, à la même époque, d’une œuvre littéraire et d’une Histoire7, m’a semblé familière.

  • 8 François Macé, « Fondation et refondation, histoire et commencements : l’écriture de la tradition a (...)

7Depuis longtemps, en effet, je m’interroge, et je sais bien que je ne suis ni le premier ni le seul à le faire, sur l’existence au Japon de deux textes contemporains traitant des origines : le Kojiki (712) et le Nihon shoki 日本書紀 (720)8. On les cite souvent ensemble sous l’appellation trompeuse de kiki 記紀, comme s’ils formaient un tout. Or si leur but converge – légitimer la famille régnante –, ils n’en restent pas moins fondamentalement différents.

8Le Nihon shoki, par son titre même que l’on pourrait traduire Annales de l’histoire du Japon, se réclame clairement d’un modèle chinois, celui de l’historiographie, un peu comme les Romains qui prirent comme modèles les historiens grecs. à l’exception des deux premiers livres sur lesquels nous reviendrons, il se présente, dans les vingt-huit autres, sous forme d’annales qui relatent les faits importants, dûment datés, depuis la fondation du premier palais, qu’il situe très précisément le 1er jour du 1er mois de l’an 660 avant notre ère, jusqu’à l’abdication de l’impératrice Jitō 持統天皇 (régnant de 686 ou 690 à 697, à la suite de son époux, Tenmu 天武天皇, qui règne de 673 à 686) en 697, à peine vingt-quatre ans avant sa rédaction, autrement dit jusqu’au présent.

9Comparé au Nihon shoki, la nature du Kojiki n’en apparaît que plus singulière. Alors que le Temps des dieux n’occupait que deux livres sur les trente du Nihon shoki, le Kojiki lui consacre un tiers de l’ensemble. De plus, pour le temps des hommes, le Nihon shoki, fidèle au modèle historiographique chinois, fournit une chronologie précise, même si elle est fantaisiste à nos yeux, depuis le premier souverain humain, Jinmu 神武天皇. À ce niveau, l’effet d’historicité est comparable à celui que donne Tite-Live dans son histoire des débuts de Rome. Dans les deux cas, on assiste à une historisation de légendes ou de mythes. L’effet d’historicité est renforcée par la continuité chronologique jusqu’au temps présent.

10De son côté, le Kojiki est vraiment pauvre en dates. On n’en compte qu’une quinzaine. En outre, elles ne concernent exclusivement que les décès de certains souverains. De plus, le récit s’achève bien avant le temps présent. Le dernier souverain cité, l’impératrice Suiko 推古天皇 (524 ?-628), 33e souverain selon la liste traditionnelle, est morte près d’un siècle avant sa rédaction. Mais surtout, cet événement déjà ancien ne fait pas partie du cœur du récit. En effet, à partir de Ninken 仁賢天皇, 24e souverain, soit dix règnes avant Suiko, le Kojiki se résume en une liste de souverains, de leurs unions et de leur descendance, sans la moindre mention d’événements. Les méfaits de Buretsu 武烈天皇 – souverain qui aurait succédé à Ninken – et la vacance du pouvoir qui suivit sa mort, l’arrivée du bouddhisme ou l’assassinat de Sushun 崇峻天皇 (règne de 587 à 592) ne sont pas rapportés, non pas parce qu’ils ne sont pas considérés comme importants, mais parce qu’ils ne rentraient pas dans l’économie du récit des temps anciens, des faits anciens, furu koto 古事, pour reprendre le titre de l’ouvrage. C’est du moins la thèse que je veux défendre.

11Le rapport au présent ne se fait plus par la continuité chronologique, à peine par la généalogie qui s’interrompt trop tôt. S’il se fait, c’est sur un autre plan qu’il nous faudra déterminer.

12On pourrait supposer que la solution du problème repose dans la place comparativement plus importante qu’y occupe le Temps des dieux, les mythes. De nos jours, lorsque l’on évoque les mythes japonais, on pense d’abord au Kojiki et à son premier livre, celui qui traite justement du Temps des dieux. Or ce premier livre ne fut guère cité, même dans les milieux du shintō, avant le travail des érudits de l’époque d’Edo. Pendant l’Antiquité, toute la période médiévale et une grande partie de celle d’Edo, ce furent les deux premiers livres du Nihon shoki, ceux qui traitent aussi du Temps des dieux, qui furent cités et commentés. De plus, faut-il le rappeler, le Temps des dieux n’occupe qu’un tiers du Kojiki.

13Quel est donc cet ouvrage qui parle des temps anciens qui n’est pas une histoire, ni un poème mythique à la manière d’Hésiode et de sa Théogonie ?

  • 9 Désigné aussi sous le titre de Sumera mikoto no hitsugi 帝皇日継.
  • 10 Appelé aussi dans la même préface, Honji 本辞, Sakitsu yo no furu koto 先代旧事.

14À la différence du Nihon shoki et de ses modèles continentaux – les histoires officielles seishi 正史 –, on ne peut trouver au Kojiki aucun parallèle en Chine. On serait tenté de supposer l’existence de précédents au Japon même. L’hypothèse est difficile à étayer puisque c’est le premier texte japonais qui soit parvenu jusqu’à nous. Il me semble peu probable, mais nous ne le saurons jamais, que les textes, qui sont cités dans la préface comme des sources, Teiki 帝紀9 ou Kyūji 旧辞10, aient été de la même nature que le Kojiki en ce qui concerne aussi bien la forme que la composition. Ces sources étaient vraisemblablement de deux types différents : généalogie et récits, genres que le Kojiki mêle habilement. Et surtout elles furent presque certainement rédigées ou retranscrites en chinois.

15Si on peut raisonnablement supposer que le Kojiki ne suivit aucun modèle, et en ce sens aussi il diffère complètement de l’Énéide, il ne fut pas non plus à l’origine d’un genre. On ne lui connaît ni suite, ni œuvre qu’il aurait inspirée. Il reste un objet singulier au Japon et en Extrême-Orient.

16C’est là, à mon avis, que la confrontation avec l’Énéide permet d’un peu mieux cerner sa nature qui peut paraître insolite dans le paysage littéraire japonais, mais moins étrange en étant rapproché d’œuvres d’autres cultures, comme l’Énéide.

  • 11 Géorgiques III, prologue, v. 34-36.

17Les deux ouvrages, Kojiki et Énéide, furent écrits à l’issue d’une guerre civile dont le souvenir demeurait vivace. La victoire d’Actium sur la flotte de Cléopâtre se déroula en 31 avant notre ère. Elle entraîna à terme le suicide d’Antoine, le grand rival, et la fin des guerres civiles. Le programme de l’Énéide fut annoncé dès les Géorgiques11 en 29 avant notre ère.

  • 12 Nihon shoki, Tenmu 10-3-17 : 令記定帝紀及上古諸事 (帝紀と上古の諸事を記定めしめたまふ) « Il ordonna de mettre par écrit et d’é (...)

18Les troubles de Jinshin (Jinshin no ran 壬申の乱) qui virent la victoire de Tenmu sur son neveu le prince Ōtomo 大友皇子, l’héritier légitime, avaient eu lieu en 672. En 681, Tenmu ordonna à un groupe de princes et de fonctionnaires de retranscrire les généalogies et les faits anciens12. Ce travail de compilation servit probablement de matière aussi bien au Nihon shoki qu’au Kojiki.

19Ce dernier, comme l’Énéide, chante indirectement le nouveau pouvoir en racontant les origines. On n’est guère étonné de voir que les deux lignées de souverains remontent à des ancêtres divins, Vénus et Amaterasu. Mais, plus surprenant, dans les deux cas, les fondateurs, à Rome comme dans le Yamato, viennent de l’extérieur ou du moins de la périphérie. Énée vient de Troie, Jinmu du lointain pays de Himuka (Hyūga) 日向, à l’extrême sud de Kyūshū, proche de la terre des Hayato 隼人, considérés comme des barbares dans l’Antiquité. La fondation est le résultat d’une conquête, celle du Latium pour Énée, celle du Yamato pour Jinmu.

20Dans les deux récits, on voit apparaître de nombreux personnages dont on nous dit qu’ils sont les ancêtres de tel ou tel clan. L’Énéide le fait par exemple dans le chant v lors des jeux en l’honneur d’Anchise. Le Kojiki le fait de façon systématique au point que tous les grands clans de l’Antiquité se trouvent rattachés au récit fondateur.

21De plus, dans ces récits des tout débuts, est insérée fort à propos l’annonce de lendemains radieux : cette paix et cet ordre que les lecteurs ou les auditeurs de ces textes avaient sous les yeux après les guerres civiles.

  • 13 Énéide, chant II, p. 102 : « Là-bas l’éclat de la puissance, un royaume, une épouse royale te sont (...)
  • 14 Ibid. chant III, p. 109 : « Là-bas la maison d’Énée dominera sur tous les rivages, et les fils de v (...)
  • 15 Ibid. chant III, p. 111 : « Nous serons là encore pour élever tes neveux jusqu’aux astres et donner (...)
  • 16 Il faudrait ajouter la description du bouclier d’Énée au chant VIII, vers 626 et suivants.

22Dans le récit qu’Énée fait de ses aventures à Didon, aux chants ii et iii, la future Rome est annoncée par le fantôme de Créuse dans Troie en flamme13, par l’oracle de Délos14, par les dieux et les Pénates apparus en songe lorsqu’Énée désespère en Crète15. La plus explicite des prophéties16 se trouve dans la bouche d’Anchise, le père d’Énée qu’il est allé retrouver aux Enfers. Anchise cite les principaux acteurs de la grandeur future de Rome et à la fin :

  • 17 Ibid., p. 210. huc geminas nunc flecte acies, hanc aspice gentem
    Romanosque tuos. hic Caesar et omni
    (...)

« Ici, César et toute la descendance d’Iule, telle qu’elle viendra sous la grande voûte du ciel. Cet homme, c’est celui dont tu entends si souvent redire qu’il t’est promis, Auguste César, fils d’un dieu : il rouvrira ce siècle d’or qu’au Latium jadis Saturne conduisit par les champs17. »

23Dans le dernier chant de l’épopée, Énée, par sa victoire sur Turnus, met fin à la guerre et inaugure une paix qui préfigure celle d’Auguste.

24Dans le Kojiki, les annonces sont moins explicites, mais néanmoins très présentes. D’une part, le monde qu’enfante le couple primordial, Izanaki-Izanami 伊邪那岐 伊邪那美, se réduit aux Huit grandes îles Ōyashima 大八洲 de l’archipel japonais comme si le monde ne comportait que le Japon alors que les relations avec le continent revêtent, dès le viie siècle, une importance capitale. On se trouve en présence d’un choix délibéré, celui de s’en tenir au seul territoire japonais centré sur le Yamato, au seul passé autochtone, à la seule lignée des ancêtres de la famille impériale.

  • 18 Ce mandat est surtout connu dans sa version du Nihon shoki : « Que la prospérité de la descendance (...)
  • 19 此豊葦原水穂国者、汝将知国言依賜。このとよあしはらのみづほのくには、なむちがしらさむくにぞとことよしたまふ。

25D’autre part, la descente sur terre du Petit-fils céleste, Ho no Ninigi 番能邇邇藝, se situe au centre des récits du Temps des dieux. Il n’est pas exagéré de dire que ce récit constitue le cœur du Kojiki, que tout l’ouvrage s’est construit autour de lui. Le point d’orgue de ce récit capital est bien entendu le mandat donné par la grande déesse Amaterasu à son petit-fils18 : « Ce pays aux épis luxuriants de la plaine aux roseaux abondants, je te le confie pour que tu le gouvernes19. »

26Ce mandat, ainsi que les regalia que la grande déesse confie à son Petit-fils sont le gage de la légitimité des souverains qui en sont non seulement les descendants, mais aussi en quelque sorte les doubles sur terre.

  • 20 此之鏡者,専為我御魂而、如拝吾前伊都岐奉。このかがみは、もはらあがみたまとして、あがまへををろがむがごとし、いつきまつれ。

27Quand la déesse lui remet le miroir, elle dit : « Ce miroir, considère-le comme mon âme tout entière, célèbre-le comme si j’étais devant toi20 ». Si on se base sur la propriété première du miroir qui est de refléter le visage de celui qui le regarde, le Petit-fils céleste et tous ses descendants se voient eux-mêmes comme dieu quand ils regardent le miroir de la déesse.

28En outre, on ne peut s’empêcher de faire le rapprochement avec la première mention dans nos sources de la présence des regalia lors de l’avènement d’un souverain, au cours de l’accession à la dignité impériale de la veuve de Tenmu, l’impératrice Jitō en 690 :

  • 21 Nihon shoki, livre XXX, Jitō 4-1-1 : 物部麻呂朝臣樹大盾。神祇官伯中臣大嶋朝臣讀天神寿詞。畢忌部宿禰色夫知、奉上神璽剣鏡於皇后。皇后即天皇位。もののべのまろのあそ (...)

« Mononobe no Maro no asomi dressa les grands boucliers. Le directeur du ministère des dieux, Nakatomi no Ōshima no asomi, lut les Paroles de bon augure des dieux célestes, Amatsukami no yogoto. À la fin, Imibe no sukune Shikobuchi présenta à l’impératrice les insignes divins : l’épée et le miroir. L’impératrice accéda alors à la dignité impériale21. »

29Faute de document, nous ignorons quels étaient les rites d’avènement avant la fin du viie siècle. Par contre, ce que nous savons, c’est que sous les règnes de Tenmu et de sa veuve Jitō, se déroula une série d’innovations présentées comme des restaurations : ainsi les rites d’avènement ou l’envoi d’une princesse consacrée à Ise. Mutatis mutendis, c’est ce qu’on avait observé sous le règne d’Auguste, pontife suprême, pontifex maximus, et grand restaurateur de rites après les troubles de la fin de la République. En religion comme dans tous les domaines, les restaurations sont une des manières de faire du neuf avec l’ancien.

  • 22 Par exemple, Man.yōshū 万葉集, livre III, poème 235. 皇者神二四座者天雲之雷之上尓廬為流鴨。おほきみは かみにしませば あまくもの いかづちのうへに い (...)

30On célébra Auguste comme divin, divus, de son vivant dans certaines parties de l’empire. De son côté, Tenmu fut probablement le premier souverain japonais à porter le titre de tennō 天皇, de souverain céleste. Dans les sources qui subsistent, c’est probablement le premier à être qualifié de kami , de dieu, dans des poèmes22.

31Sous les règnes d’Auguste ou de Tenmu, que le religieux soit en relation étroite avec le politique n’est pas pour nous surprendre. C’est une configuration que l’on retrouve dans la majorité des civilisations. C’est plutôt l’inverse qui fait figure d’exception. Cela dit, il faut néanmoins se méfier des anachronismes, comme, par exemple, celui qui consiterait à voir une utilisation cynique, une simple manipulation dans toutes les utilisations du religieux dans un contexte politique. Si Auguste et Virgile ont recours aux dieux dans la justification de leur nouveau pouvoir, c’est que ces dieux représentaient bien autre chose que des fables tout justes bonnes pour la populace superstitieuse. Je pense que l’on peut dire la même chose de Tenmu et du Kojiki.

32Cependant il n’est pas question de nier l’arrière-plan politique de l’Énéide ou du Kojiki.

33L’utilisation des mythes à des fins politiques est évidente dans les deux cas. Mais si l’Énéide est encore éditée en livre de poche, ce n’est certainement pas parce qu’un grand public s’intéresse à la politique d’Auguste. Les ouvrages à visée purement politique ont très rarement survécu en tant qu’œuvre littéraire. Que l’on songe en France à la Franciade de Ronsard ou même à l’Henriade de Voltaire, toutes deux par ailleurs inspirées peu ou prou de l’Énéide.

34Si l’Énéide est encore lue de nos jours en dehors des obligations scolaires ou universitaires, c’est parce que c’est avant tout une œuvre littéraire. Je ne suis pas spécialiste de la littérature latine, mais je ne pense pas trop m’avancer en disant que cette épopée représente un des sommets de la littérature par son ampleur, la qualité de sa langue, la finesse de ses descriptions, la justesse de la psychologie des personnages. Les amours de Didon et d’Énée, l’amitié de Nisus et d’Euryale sont connues même de ceux qui n’ont pas lu l’œuvre en son entier, ou qui ne l’ont même jamais lue.

35Qu’en est-il du Kojiki ? Sa préface, si elle est authentique, ne laisse aucun doute sur sa finalité. C’est une commande de Tenmu qui souhaitait unifier les traditions divergentes concernant les dieux mais aussi les hommes et ces hommes par excellence que sont les souverains. On pourrait en conclure que ce n’est qu’une œuvre de circonstance, forgée à la gloire d’un souverain et de sa famille, et donc vouée à l’éphémère. Le fait qu’il fut longtemps ignoré de ceux mêmes qui s’intéressaient aux récits du Temps des dieux ne plaide guère en sa faveur.

36Alors que les qualités littéraires de l’Énéide furent toujours considérées comme une évidence, la question est plus complexe en ce qui concerne le Kojiki.

37Se pose tout d’abord le problème de la langue. Ō no Yasumaro explique dans la préface qu’il a combiné transcription phonétique et utilisation du chinois pour mettre par écrit un texte qui fut d’abord récité en japonais. Le résultat donne un texte difficile d’accès. On en comprend presque toujours le sens, mais on ne peut avoir de certitude sur la façon dont il était lu. Comme une grande partie de sa matière était commune avec son contemporain le Nihon shoki, il souffrit de la comparaison. Le Nihon shoki, écrit lui en chinois de bonne tenue, même s’il fut lu très tôt en japonais, répondait aux critères des élites lettrées formées aux Classiques chinois. Si, dans le Kojiki, qualité littéraire il y a, il faut la chercher d’un autre côté que celui de la langue.

38De plus, à première vue, le Kojiki souffre d’un autre défaut : son manque apparent de cohérence. Le premier livre traite du Temps des dieux et des grands commencements, thème et traitement très proche de la Théogonie d’Hésiode. Le second livre pourrait être qualifié de Livre des héros avec les figures de Jinmu, le premier souverain humain et conquérant du Yamato, Yamatotakeru no mikoto 倭建命, le guerrier ensauvagé à la mort dramatique, ou encore Jingū 神功皇后, l’impératrice guerrière. Les interventions divines n’y sont plus qu’épisodiques. Les récits ressemblent à des mini-épopées. Le troisième livre est encore plus déroutant. Les récits chargés de péripéties se font plus rares. On trouve encore de beaux assassinats et de sombres complots, mais ce qui domine ce sont de petits textes illustrés par des poèmes. Ce troisième livre apparaît dans de nombreux passages comme une préfiguration des romans poétiques, uta monogatari 歌物語 de la période classique.

  • 23 Énéide, op. cit., Introduction, p. 13-18.

39Pour nous consoler, on a aussi reproché à l’Énéide son manque de cohérence entre les six premiers chants et la seconde moitié, la conquête du Latium, d’ordinaire moins appréciée23.

40En fait, les deux textes se retrouvent sur un autre point : l’unification des différentes variantes concernant les origines en un seul récit. Florence Dupont a bien montré qu’il circulait à Rome à l’époque de Virgile de multiples variantes des origines de la Ville. Le génie de Virgile est d’en avoir fait une synthèse en un récit cohérent. C’est aussi ce que propose le Kojiki. Alors que le Nihon shoki n’hésite pas à aligner parfois jusqu’à dix variantes d’un même épisode, le Kojiki s’en tient à un seul récit. En ce sens, il suit à la lettre les instructions du commanditaire, Tenmu.

  • 24 La liste des peuples et des héros qui participent aux derniers combats contre les Troyens d’Énée au (...)

41Ce trait, s’il était isolé, ne suffirait pas à faire de cet ouvrage une œuvre littéraire majeure. C’est en effet son statut de nos jours. On le retrouve à la première place dans les collections de littérature classique japonaise. Toutefois, son prestige actuel repose en partie sur des malentendus. Le plus souvent on ne le lit, moi le premier, qu’au travers d’une des lectures, yomikudashi 読み下し, qui en sont données, le texte original ne permettant pas une lecture unique et incontestable. De plus, il est clair que l’on lit actuellement très rapidement, quand on les lit, les longues généalogies aux noms interminables24. Ce qui intéresse le lecteur moderne, ce sont avant tout les récits, ceux des dieux ou des héros, puis les chants, kayō 歌謡, premiers témoignages de la poésie japonaise. Mais ce qu’on éprouve surtout, c’est l’émotion d’avoir entre les mains le premier texte japonais. Cette ancienneté induit l’idée que ce serait un texte qui nous mettrait en présence de la source même de la langue et de la littérature japonaises. Mais c’est historiquement indéfendable. Nous savons qu’il fut précédé par d’autres ouvrages dont certains de plus de cent ans antérieurs. De plus, le Kojiki ne possède pas la naïveté que l’on prête trop facilement aux textes qualifiés d’archaïques.

42Au bout du compte, la vision que l’on retire de sa lecture est le plus souvent fragmentaire, les récits du Temps des dieux sont dissociés de ceux des héros et bien évidemment des amours légères et compliquées de Nintoku.

43Les travaux des érudits du xviiie siècle, et au premier chef ceux de Motoori Norinaga 本居宣長 (1730-1801), n’ont pas mis les critères littéraires au premier plan. Ils recherchaient l’origine de l’« âme japonaise », pure de tout contact avant qu’elle ne soit « contaminée » par les différents apports de la civilisation continentale. Motoori dans son monumental commentaire, le Kojikiden 古事記伝, a permis au Kojiki de sortir de l’ombre. Il l’a rendu intelligible, en a fait un élément de fierté pour les Japonais. Mais ce qu’il y cherchait n’était pas une émotion littéraire. Sur ce plan, la référence restera toujours pour lui le Genji monogatari 源氏物語. Il ne voulait pas non plus voir dans les premiers chants parfois assez rustiques, les kayō du Kojiki ou du Nihon shoki, des modèles à suivre en matière de poésie. Loin des kayō aux formes irrégulières, son goût le portait bien plutôt vers les waka 和歌 raffinés du Shin kokinshū 新古今集 (xiiie siècle).

  • 25 Par la suite, on ne retiendra que le versant nationaliste.

44Pour lui, le Kojiki parlait la langue des dieux et donnait la vérité sur le Temps des dieux comme sur les débuts du Temps des hommes. Son rapport à ce texte se situe sur le plan de la foi. Son travail est de l’ordre de l’érudition mystique25.

45La confrontation avec l’Énéide permet de sortir des interprétations purement nationales, voire nationalistes de ses continuateurs. Même si les dieux sont très présents dans le poème latin, nous savons qu’il ne s’agit pas d’un texte religieux. Il fut conçu dès le départ, dans un contexte politique et religieux précis, comme un texte littéraire.

46Mon hypothèse est qu’il en est de même pour le Kojiki. Rien ne permet de penser que le Kojiki ait pu directement jouer un rôle religieux. On ne trouve aucun témoignage de sa récitation au cours d’un rite. Comparé à l’Énéide, le temps qu’il traite est certes beaucoup plus long, mais il s’agit comme dans l’épopée romaine, de l’origine. Si le Kojiki ne va pas au delà du règne de Ninken, de même que l’Énéide s’arrête à la victoire d’Énée, c’est que ce n’est pas nécessaire, l’essentiel a déjà été exposé. Les « Faits anciens », koji, furu koto, ne sont pas de simples faits du passé, une Histoire, une chronique, ce sont les faits primordiaux, fondateurs, les temps premiers. Ceci pour la matière.

47En ce qui concerne la forme, c’est à mon sens, comme l’œuvre de Virgile, une sorte d’épopée de lettré. Virgile joue savamment avec les évocations d’Homère. La première partie de l’Énéide renvoie globalement à l’Odyssée, la deuxième à l’Iliade. De façon plus ponctuelle, la visite d’Énée aux Enfers reprend celle d’Ulysse, la description de son bouclier celle du bouclier d’Achille. De son côté, le Kojiki fait jouer des thèmes comme celui de l’apparition lumineuse ou de la naissance dans le feu, à commencer par la naissance du feu, l’apparition d’Amaterasu au sortir de la caverne, l’enfantement dans le feu de Konohana sakuya bime 木花之佐久夜毘売, au Temps des dieux, l’incendie du château de gerbes de riz, Inaki 稲城, au Temps des hommes. Ces oppositions et ces échos entre le Temps des dieux et celui des hommes, entre le passé et le présent structurent tout l’ouvrage.

48C’est sans doute là que réside la richesse du Kojiki, mais aussi la cause du long silence dont il souffrit.

  • 26 Mishina Akihide 三品彰英, Nihon shinwa ron 日本神話論 (De la mythologie japonaise), Heibonsha 平凡社, 1970.
  • 27 Ōbayashi Taryō 大林太良, Nihon shinwa no kōzō 日本神話の構造 (Structure de la mythologie japonaise), Kōbundō (...)
  • 28 François Macé フランソワ・マセ, Kojiki shinwa no kōzō 古事記神話の構造 (Structure de la mythologie dans le Kojiki), (...)

49On a depuis longtemps repéré ces échos entre ses différentes parties. Je pense aux travaux de Mishina Akihide26 et d’Ōbayashi Taryō27. J’ai moi-même essayé de saisir la construction des deux premiers livres en analysant la répétition des mêmes motifs d’un récit à l’autre28. Je suis maintenant persuadé que c’est l’ensemble du texte qui est construit de façon minutieuse. Le ou les auteurs ont joué sur les ressemblances et les oppositions, la répétition des motifs comme les apparitions lumineuses liées au feu, ou celles qui se déroulent au bord de l’eau. Ils ont rythmé le texte de façon à ce que deux récits qui s’opposent nettement soient suivis d’un troisième plus calme, à l’image des rapports entre les deux premiers livres et le troisième.

  • 29 François Macé, « Kodai nihonjin no sekai sanka. Kojiki no uta no hyōgen to waka no tanjō » 古代日本人の世界 (...)

50Ce jeu des oppositions et le rythme donnent au Kojiki une construction comparable à un poème à forme fixe comme le sonnet ou pour rester dans le domaine japonais, le tanka 短歌 qui apparaît à cette époque. Cette construction fait du Kojiki un tout qui se clôt sur lui-même. Il ne pouvait être continué comme le sera le Nihon shoki. C’est tout à fait logiquement qu’il se termine sur une note d’apaisement par le récit de la découverte de deux princes Oke 億計王 (futur souverain Ninken) et Woke 弘計王 (futur souverain Kensō 顕宗天皇) assis près d’un foyer, dernière apparition lumineuse de l’ouvrage29.

51Leur apparition met fin à une crise de succession, car l’empereur Seinei 清寧天皇 (22e souverain) n’avait, nous dit-on, ni femme ni enfant. Unis par un amour fraternel exemplaire, aucun des deux frères ne voulait accéder à la dignité de souverain avant l’autre. Ils refusèrent enfin de se venger sur la tombe de Yūryaku 雄略天皇 (21e souverain), responsable de la mort de leur père.

52Ce message final de clémence et de réconciliation convenait parfaitement à l’impératrice Genmei. Elle était fille de Tenji 天智天皇 et donc sœur du malheureux prince Ōtomo, le vaincu de la guerre de Jinshin. Mais elle était aussi la veuve du prince héritier de Tenmu, Kusakabe (Kusakabe no miko 草壁皇子). Avec elle les deux branches de la famille impériale qui s’étaient opposées lors de la guerre de Jinshin, se trouvaient réconciliées.

  • 30 Kojiki, op.cit., p. 20-21. 乗二気之正斉五行之序。ふたつのかはひのただしきのりまし、いつつのめぐりのつぎてをととのへたまひき。

53Les jeux savants sur des oppositions eau-feu, ouvert-fermé, lointain-proche qui structurent le Kojiki devaient être encore familiers à certains milieux de la cour du viie et du début du viiie siècle. Mais ils devaient déjà être perçus comme appartenant au passé. Aussi devinrent-ils très vite incompréhensibles à une élite de plus en plus sinisée. Celle-ci s’était mise à voir et comprendre le monde avec les catégories venues du continent, celles du Yin et du Yang et des cinq agents (gogyō 五行). Ō no Yasumaro y a lui-même recours dans la préface du Kojiki30. Le processus est déjà en marche dans le Nihon shoki. Il n’hésite pas à utiliser les termes de Yin et de Yang pour désigner Izanami et Izanaki, le couple primordial. Ce sera avec cette grille de lecture que les récits du Temps des dieux, ceux de ce même Nihon shoki, seront interprétés jusqu’aux travaux des Études nationales à l’époque d’Edo.

  • 31 Man.yōshū, livre II, poème 167. « Aux commencements / du ciel et de la terre / sur les bords de la (...)

54Le Kojiki se trouvait doublement dévalorisé. Sa langue n’était pas notée de façon suffisamment claire pour devenir une langue de prestige comme celle de l’Iliade ou de l’Énéide. De plus, Ō no Yasumaro n’était pas Virgile. Quel livre aurait-on eu si c’est Kakinomoto no Hitomaro 柿本人麻呂 (660-720) qui l’avait écrit ? L’histoire fiction n’est pas encore une discipline universitaire, mais il faut se souvenir que Hitomaro écrivit un long poème en hommage au prince Kusakabe, l’époux de Genmei, à l’occasion de ses funérailles en 68931. Ce banka 挽歌 (chant funéraire) débute comme le Kojiki par l’évocation des grands commencements et la descente sur terre du Petit-fils céleste. C’est à ce Petit-fils céleste qu’est assimilé le père de Kusakabe, l’empereur Tenmu qui régna sur le monde depuis son palais de Kiyomihara 浄御原. En quelques vers, Hitomaro présentait le programme du Kojiki.

55Cependant, ce long et magnifique poème n’est composé que de soixante-seize vers en comptant les deux envois. Nous sommes très loin d’une épopée. Autant que nous puissions le savoir, le Japon de la fin du viie siècle ne possédait pas une tradition de longs poèmes épiques. Les « Faits anciens » avaient été transmis dans des récits en prose dont nous ignorons tout. Mais à la lecture du Kojiki, on peut imaginer que comme lui, ils reposaient en partie sur le même système de références que faute de mieux, on pourrait qualifier de mythique.

56Quand le Kojiki fut mis par écrit, ce système de références, probablement réactivé par les réformes de Tenmu, appartenait à un monde qui était en train de disparaître. L’Énéide participa à la restauration religieuse d’Auguste et en bénéficia. Le Kojki témoigne d’un programme similaire qui n’aboutira pas complètement. Les rites d’avènement des souverains et ceux d’Ise furent définitivement adoptés dans des formes archaïsantes. Les bâtiments des sanctuaires d’Ise dont la reconstruction périodique commence sous le règne de Jitō, la veuve de Tenmu, sont couverts de chaume et leurs poteaux s’enfoncent directement dans le sol. Ils forment un contraste saisissant et très probablement voulu avec l’architecture continentale couverte de tuiles et aux poteaux pérennes. Les constructions élevées pour les rites de la Grande Gustation, Daijōsai 大嘗祭, qui devint alors une des cérémonies majeures de l’avènement des souverains, sont en pins non écorcés, d’un style encore plus archaïsant.

57Mais le grand récit des commencements, tout aussi archaïsant à mon sens avec son rythme ternaire et ses systèmes d’opposition, resta longtemps sans écho, dans un univers culturel dominé par la pensée chinoise et le bouddhisme.

58D’un côté, la vision historicisante du passé venue de Chine poussa les élites à privilégier l’histoire sous la forme des histoires officielles dans la continuité du Nihon shoki. D’autre part, le bouddhisme, dans une vision diamétralement opposée, ne voit plus dans les événements humains et divins que des épiphénomènes. Reste la question du taoïsme dont on sait qu’il fut très présent dans le Japon de l’époque de Tenmu. La réflexion s’y fait plus philosophique autour du premier commencement, du un, du souffle originel genki 元気 (chinois : yuanqi).

59Ce n’est donc pas tout à fait à tort que Motoori Norinaga pensait retrouver dans le Kojiki l’authentique âme japonaise. Toutefois, on doit dire maintenant, avec le recul, que ce qu’il considérait comme la vérité primordiale du temps des dieux au-delà de l’Histoire est une œuvre littéraire volontairement archaïsante historiquement bien datée. Mais il avait bien perçu l’intention de ce livre unique dans la littérature japonaise, présenter les commencements en un grand et beau récit. Mais, de même que l’Énéide ne nous apprendra jamais rien sur la vérité factuelle de la fondation de Rome, le Kojiki ne nous dit directement rien sur les événements survenus au Japon avant le vie siècle. Ceci n’est le rôle ni des mythes, ni de la littérature. Chacun à son niveau, ces deux textes d’apparence si différents remplissent la même fonction : penser le présent en chantant les commencements. C’est ce chant qui peut encore nous émouvoir, grâce à une cohérence interne qui n’a pas besoin d’être toujours consciemment perçue pour être efficace.

Haut de page

Notes

1 Finnegans Wake, dernière œuvre de James Joyce, en 4 livres, publiée en 1939.

2 Le Chant des Nibelungen, ou Chanson des Nibelungen, Nibelungenlied en allemand, épopée du xiiie siècle rédigée en moyen haut-allemand.

3 Les références seront données à partir de l’édition de Jacques Perret, L’Énéide, Folio classique, 2000. Pour une traduction plus récente, on se reportera à la nouvelle version que vient de proposer l’historien de l’Antiquité Paul Veine, L’Énéide, Albin Michel/Les Belles Lettres, 2012. Si ces citations sont très connues, leur traduction n’en est pas pour autant aisée puisque la première phrase est tronquée. Jacques Perret traduit la première par : « Je chante l’horreur des armes de Mars et l’homme (…) ». Paul Veine : « Je vais chanter la guerre et celui (…) ». Pour la seconde, Jacques Perret : « je crains les Danaens même quand ils portent des offrandes. » Paul Veine : « je redoute les Grecs même lorsqu’ils font des offrandes ».

4 Marcel Detienne, Comparer l’incomparable, Paris, Seuil, 2000.

5 Par exemple, Marcel Detienne, Tracés de fondation, Louvain-Paris, Peeters, 1990, ou encore, du même auteur, Qui veut prendre la parole ?, Paris, Seuil, 2003.

6 Florence Dupont, Rome, la ville sans origine, Paris, Gallimard, 2011.

7 Se pose toutefois le problème de la pertinence des catégories histoire, littérature dans chacune des deux cultures.

8 François Macé, « Fondation et refondation, histoire et commencements : l’écriture de la tradition au Japon », in M. Detienne (dir.), Transcrire les mythologies, Paris, Albin Michel, 1994, p. 77-102.

9 Désigné aussi sous le titre de Sumera mikoto no hitsugi 帝皇日継.

10 Appelé aussi dans la même préface, Honji 本辞, Sakitsu yo no furu koto 先代旧事.

11 Géorgiques III, prologue, v. 34-36.

12 Nihon shoki, Tenmu 10-3-17 : 令記定帝紀及上古諸事 (帝紀と上古の諸事を記定めしめたまふ) « Il ordonna de mettre par écrit et d’établir la généalogie des souverains et les faits anciens. » ), édition Shōgakukan 小学館, 1998, vol. 3, p. 406-407.

13 Énéide, chant II, p. 102 : « Là-bas l’éclat de la puissance, un royaume, une épouse royale te sont réservés. »

14 Ibid. chant III, p. 109 : « Là-bas la maison d’Énée dominera sur tous les rivages, et les fils de vos fils et ceux qui naîtront d’eux. »

15 Ibid. chant III, p. 111 : « Nous serons là encore pour élever tes neveux jusqu’aux astres et donner l’empire à ta ville. Toi, pour ces grandes entreprises prépare une grande capitale. »

16 Il faudrait ajouter la description du bouclier d’Énée au chant VIII, vers 626 et suivants.

17 Ibid., p. 210. huc geminas nunc flecte acies, hanc aspice gentem
Romanosque tuos. hic Caesar et omnis Iuli
progenies magnum caeli uentura sub axem
. hic uir, hic est, tibi quem promitti saepius audis,
Augustus Caesar, diui genus, aurea condet
saecula qui rursus Latio regnata per arua
Saturno quondam, super et Garamantas et Indos.

18 Ce mandat est surtout connu dans sa version du Nihon shoki : « Que la prospérité de la descendance céleste soit sans limite comme le Ciel et la terre » (宝祚之隆、当与天壌無窮者矣。あまつひつぎのさかえまさむこと、あめつちときはまりなけむ。) dont on a retenu la formule finale sous sa forme chinoise de quatre caractères Tenjō mukyū 天壌無窮, qui sera invoquée jusqu’en 1945. Nihon shoki, livre II, 9e épisode, 1re variante, édition Shōgakukan, 1994, vol. 1, p. 130.

19 此豊葦原水穂国者、汝将知国言依賜。このとよあしはらのみづほのくには、なむちがしらさむくにぞとことよしたまふ。

20 此之鏡者,専為我御魂而、如拝吾前伊都岐奉。このかがみは、もはらあがみたまとして、あがまへををろがむがごとし、いつきまつれ。

21 Nihon shoki, livre XXX, Jitō 4-1-1 : 物部麻呂朝臣樹大盾。神祇官伯中臣大嶋朝臣讀天神寿詞。畢忌部宿禰色夫知、奉上神璽剣鏡於皇后。皇后即天皇位。もののべのまろのあそみ、おほたてをたつ。かむつかさのかみなかとみのおほしまのあそみ、あまつかみおよごとをよむ。をはりていみべのすくねしこぶち、かみのしるしのつるぎかがみをきさきにあまたうひつぎしらしめす。 Op. cit., p. 500-501.

22 Par exemple, Man.yōshū 万葉集, livre III, poème 235. 皇者神二四座者天雲之雷之上尓廬為流鴨。おほきみは かみにしませば あまくもの いかづちのうへに いほりせるかも。 Mon seigneur est un dieu, aussi / au-dessus du tonnerre des nuées célestes / a-t-il dressé un abri.

23 Énéide, op. cit., Introduction, p. 13-18.

24 La liste des peuples et des héros qui participent aux derniers combats contre les Troyens d’Énée au chant XII n’est pas elle non plus des plus passionnantes.

25 Par la suite, on ne retiendra que le versant nationaliste.

26 Mishina Akihide 三品彰英, Nihon shinwa ron 日本神話論 (De la mythologie japonaise), Heibonsha 平凡社, 1970.

27 Ōbayashi Taryō 大林太良, Nihon shinwa no kōzō 日本神話の構造 (Structure de la mythologie japonaise), Kōbundō 弘文堂, 1975.

28 François Macé フランソワ・マセ, Kojiki shinwa no kōzō 古事記神話の構造 (Structure de la mythologie dans le Kojiki), Chūō kōron 中央公論, 1989.

29 François Macé, « Kodai nihonjin no sekai sanka. Kojiki no uta no hyōgen to waka no tanjō » 古代日本人の世界賛歌―古事記の歌の表現と和歌の誕生 (Chanter le monde. Le Kojiki en tant que chant et la naissance du waka), octobre 1993, conférence publique à Kyōto dans le cadre des Conférences du Centre international de recherche sur la culture japonaise, publié, in Nihon bunka to shūkyō. Shūkyō to sezokuka 日本文化と宗教宗教と世俗化, Kyōto, Kokusai nihon bunka sentā 国際日本文化センター, 1996, p. 85-96.

30 Kojiki, op.cit., p. 20-21. 乗二気之正斉五行之序。ふたつのかはひのただしきのりまし、いつつのめぐりのつぎてをととのへたまひき。

31 Man.yōshū, livre II, poème 167. « Aux commencements / du ciel et de la terre / sur les bords de la rivière / du ciel pérenne / les huit cents myriades / les mille myriades de dieux / en leur divine assemblée / daignèrent s’assembler / et lorsqu’en divin conseil / ils eurent délibéré / la divine souveraine / du soleil qui luit au ciel / en tant que connaissant / des Affaires du ciel / de la plaine aux roseaux / au pays des épis exubérants / jusqu’aux confins où se touchent / le ciel et la terre / afin qu’il règne / en souverain divin / des nuages du ciel / écartant l’octuple épaisseur / celui qu’elle fit descendre / et sur terre établit / du soleil qui luit / tout là-haut l’auguste fils / au palais de Kiyomi / où volent les oiseaux / par sa nature divine / fermement régit / les pays que dominent / nos Souverains Seigneurs (…) » Trad. René Sieffert, Man.yōshū, Paris, POF, 1997, vol. I, p. 177-179.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Macé, « Le Kojiki, une Énéide longtemps oubliée ? », Ebisu, 49 | 2013, 117-132.

Référence électronique

François Macé, « Le Kojiki, une Énéide longtemps oubliée ? », Ebisu [En ligne], 49 | printemps-été 2013, mis en ligne le 03 avril 2014, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://ebisu.revues.org/801 ; DOI : 10.4000/ebisu.801

Haut de page

Auteur

François Macé

フランソア・マセ

Professeur au département de langue et civilisation du Japon de l’Inalco, où il enseigne l’histoire de la pensée et des religions du Japon avant Meiji. Principales publications : La mort et les funérailles dans le Japon ancien (POF, 1986), Kojiki shinwa no kōzō (Chūō kōron, 1989).

Professor in the Department of Japanese Language and Civilisation at INALCO, where he teaches the history of Japanese thought and religions before the Meiji era. Main publications: La mort et les funérailles dans le Japon ancien (Death and Funerals in Ancient Japan, POF, 1986), Kojiki Shinwa no Kōzō (Chūō Kōron, 1989).

フランス国立東洋言語文化研究学院日本語•日本文化学部教授。主に明治以前の思想史と宗教学の講義担当。主な著書に『上代日本における死と葬送儀礼』(POF、1986)、『古事記神話の構造』(中央公論社、1989)等。

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Maison franco-japonaise

Haut de page
  • Logo Maison franco-japonaise
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org