Navigation – Plan du site
Dossier. De chose en fait : la question du milieu

Présentation

Introduction
Augustin Berque
p. 33-35

Texte intégral

  • 1 Ce nom est lu par les uns Yamauchi, par les autres Yamanouchi. La lecture Yamauchi est spécifiée à (...)

1Ce dossier reprend certaines des communications qui furent présentées, le 7 juillet 2011, au colloque Mono kara koto e to fūdo no mondai 物から事へと風土の問題 (De chose en fait : la question du milieu), lequel eut lieu dans la station thermale de Shin-Hirayu onsen 新平湯温泉, au fond des monts Hida (Oku-Hida 奥飛騨), dans les « Alpes japonaises ». Cette localisation bizarre et cet intitulé sibyllin méritent explication. C’était l’évocation directe, quasi la reprise, d’un séminaire qui s’était tenu là trente ans auparavant autour du philosophe Yamauchi Tokuryū 山内得立1 (1890-1982), alors âgé de quatre-vingt-neuf ans. Ce séminaire avait été organisé par le Groupe de recherches philosophiques de l’université Waseda (Waseda daigaku tetsugaku kenkyūkai 早稲田大学哲学研究会) sur le thème « Des choses aux faits, le problème de la causalité » (Mono kara koto e to yue to no mondai 物から事へと故との問題). Le document ci-après de Mme Eguchi apporte ce que l’on peut aujourd’hui savoir de ce que fut ce séminaire, et celui de M. Kioka les grands traits de la pensée de Yamauchi.

2Mais pourquoi, trente ans après, revenir sur les lieux, et avec un thème de discussion si proche, et pourtant différent ? Voilà justement ce qui faisait le sel de la nouvelle rencontre. Celle-ci marquait, en ce qui me concerne, la presque fin d’une « tournée d’adieu » organisée par la Maison franco-japonaise, alors dirigée par M. Marc Humbert, qui du 15 juin au 15 juillet m’a mené, au rythme assez infernal d’une conférence tous les deux jours, de Fukuoka au sud à Rishiri au nord. Dans ce périple, l’étape de Shin-Hirayu était multiplement symbolique. D’abord par sa date : le 7 juillet – le septième jour du septième mois –, c’est la fête de Tanabata 七夕, dont Fêtes et rites des quatre saisons au Japon (sous la direction de Laurence Caillet, Paris, Publications orientalistes de France, 1981) nous rappelle ceci (p. 272) :

Selon une légende d’origine chinoise, ce n’est que la nuit du 7 du septième mois que les deux étoiles de la Tisserande (Véga de la constellation du Cygne) et du Bouvier (Altaïr de la constellation de l’Aigle) peuvent se rencontrer sur les eaux de la Rivière du ciel (la Voie lactée), sur le pont formé par l’aile d’une pie. C’est l’empereur du ciel qui, il y a bien longtemps, dut faire couler cette rivière au milieu du ciel pour séparer les étoiles amoureuses que leur passion avait entraînées à la paresse, le bouvier abandonnant son troupeau et la tisserande son ouvrage. Toutefois, ému par leur chagrin, il les autorise à se rencontrer une fois l’an, en cette nuit d’été.

3En l’occurrence, il s’agissait de faire mentir l’adage de Kipling, Oh, East is East, and West is West, and never the twain shall meet, / Till Earth and Sky stand presently at God’s great Judgment Seat ; du moins, dans la mesure où pouvait le souhaiter un japonologue au soir de sa carrière. Genre oblige, le Japon était là le bouvier, la France la tisserande, et à la faveur de Tanabata comme d’une onsen bien choisie, l’on augurait leur rencontre. C’est ce à quoi Yamauchi lui-même nous invitait. Grand spécialiste de la pensée grecque, mais non moins connaisseur des classiques chinois et sanscrits de la pensée japonaise, il tenta vers la fin de sa vie de surmonter l’écart entre les deux modes de pensée, celui de l’Occident qu’il voyait dans le Logos, et celui de l’Orient qu’il voyait dans le Lemme. Cette tentative devait le mener à publier en 1974 Rogosu to Renma ロゴスとレンマ (Logos et Lemme, Tokyo, Iwanami shoten 岩波書店, 385 p.).

4Cet ouvrage fondamental – plus : fondateur – n’a pourtant pas eu l’écho qu’il méritait, loin de là. En effet, bien qu’occupant une chaire prestigieuse à l’université de Kyoto, Yamauchi est toute sa vie resté en quelque sorte un marginal ; l’article de M. Kioka en détaille ci-après les raisons. C’était pure contingence, voire un hasard étrange, que j’en fusse venu à souhaiter une nouvelle rencontre à Shin-Hirayu, sur un thème proche de celle qui s’y était tenue trente ans plus tôt. Voici pourquoi. Logos et Lemme, je l’avais acheté dès sa parution, à l’époque où je préparais ma thèse sur la colonisation de Hokkaidō ; mais j’en avais abandonné la lecture à la fin du premier chapitre (le livre en compte seize). Le propos de Yamauchi – dont ces articles, espérons-le, donneront la mesure – dépassait largement les capacités intellectuelles du jeune géographe que j’étais alors. J’avais donc mis le livre de côté, me réservant de le lire un jour, puis avais fini par le perdre au fil de mes multiples déménagements. Or voilà que près de trente ans plus tard, il m’était inopinément revenu par la poste, à Palaiseau, envoyé par le paysagiste Nakamura Yoshio 中村良夫 qui l’avait trouvé chez un bouquiniste à Kanda, et avait jugé que c’était à moi d’en tirer profit.

5Effectivement, j’étais alors d’âge et d’inclination à me passionner pour Logos et Lemme, dont j’avais enfin l’impression de saisir la portée. Mais dans ce livre, il n’y avait pas que le propos de Yamauchi. Entre les pages, je découvris aussi un feuillet jauni, oublié par quelque précédent possesseur de l’ouvrage, qui conviait ses destinataires à se réunir auprès du vieux philosophe du 29 juillet au 2 août d’une année non précisée, dans l’onsen de Shin-Hirayu, pour l’écouter parler et discuter avec lui du problème de la causalité, des choses aux faits.

6C’est de là que m’est venue l’idée de commémorer cette rencontre, à la faveur de ma « tournée d’adieu », en rapprochant la problématique de Logos et Lemme de celle des milieux humains, fūdo 風土, qui a été l’épine dorsale de ma recherche depuis ma rencontre avec le livre éponyme de Watsuji Tetsurō 和辻哲郎, un jour de l’été 1969 à Tokyo. Certes, nous n’avons pu nous réunir du 29 juillet au 2 août, car je devais rentrer en France le 15 juillet ; mais le faire à Tanabata compensait le décalage. L’aile de pie qui va du lemme à la mésologie fait l’objet de mon article ci-après, tandis que celui de M. Girard replace la question dans la perspective des études bouddhiques. L’article de M. Nakamura, quant à lui, montre que sa spécialité, le paysage, recèle effectivement quelque raison de traverser la Voie lactée, en dehors même de la nuit de Tanabata.

Palaiseau, 24 mai 2012

Haut de page

Notes

1 Ce nom est lu par les uns Yamauchi, par les autres Yamanouchi. La lecture Yamauchi est spécifiée à la dernière page de Logos et Lemme (1974).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Augustin Berque, « Présentation », Ebisu, 49 | 2013, 33-35.

Référence électronique

Augustin Berque, « Présentation », Ebisu [En ligne], 49 | printemps-été 2013, mis en ligne le 21 mars 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://ebisu.revues.org/710 ; DOI : 10.4000/ebisu.710

Haut de page

Auteur

Augustin Berque

Né en 1942, géographe, orientaliste et philosophe, Augustin Berque est directeur d’études à l’École des hautes études en sciences sociales. Membre de l’Académie européenne, il a été en 2009 le premier Occidental à recevoir le Grand Prix de Fukuoka pour les cultures d’Asie.

Born in 1942, geographer, orientalist and philosopher, Augustin Berque is Senior Researcher at the École des Hautes études en Sciences Sociales in Paris. A member of the Academia Europaea, in 2009 he became the first Westerner to receive the Grand Prize of the Fukuoka Asian Culture Prize.

1942年生まれ、フランス国立社会科学高等研究院教授。地理学、東洋学、哲学専攻。欧州学士院会員、2009年、欧米人として初めて福岡アジア文化大賞受賞。

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Maison franco-japonaise

Haut de page
  • Logo Maison franco-japonaise
  • Logo Centre national de la recherche scientifique
  • Revues.org